Gnocchis maison, chou kale, parmesan et noisettes

Et si on faisait des gnocchis maison cette semaine ?? Alors oui, c’est un petit peu long, mais c’est tellement bon ! Les gnocchis sont ultra fondants, tout doux, un délice ! Accompagnés de chou kale dans une sauce à la crème, avec du parmesan parce que je suis gourmande et quelques noisettes. Une belle assiette végétarienne pour le dîner.

 

Gnocchis maison, chou kale, parmesan et noisettes

Gnocchis maison, chou kale, parmesan et noisettes

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation :  40 minutes  – Temps de cuisson : 25 minutes

Pour 4 personnes :

  • 1 kg de pommes de terre à purée
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 1 oeuf entier + 1 jaune d’oeuf
  • 300g de farine + pour le plan de travail
  • 1 botte de chou kale
  • 25cl de crème fraiche
  • 150g de parmesan
  • une poignée de noisettes entières
  • sel, poivre
  • 1 noisette de beurre

Préparation des gnocchis :

Laver les pommes de terre, et les placer dans une cocotte minute. Couvrir d’eau, fermer la cocotte, porter à ébullition et faire cuire pendant 15 minutes (pour de grosses pomme de terre). Egoutter les pommes de terres, refroidir et éplucher (aïe aïe aïe le bout des doigts). Réduire en purée (à l’aide d’un moulin à légumes ou d’un presse purée). Ajouter 2 cuillères d’huile d’olive, puis les oeufs, mélanger. Incorporer la farine pour obtenir une pâte (elle reste collante, pas d’inquiétude).

Fariner le plan de travail et les mains. Prélever une boule de pâte, façonner en long boudin de 2 cm de diamètre. Découper en tronçons de 2 cm de long. Bouler chaque tronçon dans la paume des mains, puis rouler avec une fourchette sur le plan de travail : on obtient un petit cylindre rainuré. Refaire les mêmes opérations jusqu’à épuisement de la pâte.

Porter une casserole d’eau à ébullition, avec un peu de sel. Plonger les gnocchis (environ 15 à la fois, selon la taille de votre casserole). Ils sont cuits lorsqu’ils remontent à la surface. Egoutter avec une écumoire puis laisser dans une passoire le temps de tous les faire cuire. Ajouter 1 cuillère à soupe d’huile d’olive aux gnocchis (pour qu’ils ne collent pas), mélanger et conserver jusqu’à utilisation.

Préparation de la garniture : 

Réaliser des copeaux de parmesan à l’aide d’un économe (ou épluche légume). Conserver pour le dressage.

Concasser les noisettes dans un mortier avec un pilon. Torréfier quelques minutes dans une poêle chaude. Réserver.

Laver le chou kale. Enlever la côte principale de chaque feuille (la partie dure, comme pour les épinards frais). Ciseler les feuilles (1/2cm de large). Préchauffer une poêle avec une noisette de beurre et faire revenir le chou pour évaporer l’eau contenue dedans. Réserver de côté.

Faire chauffer une poêle avec une noisette de beurre. Faire revenir les gnochhis, les griller légèrement. Ajouter le chou kale, puis la crème fraiche. Saler, poivrer.

Dresser dans une assiette : les gnocchis avec le chou kale, parsemer de copeaux de parmesan et de noisettes. Servir et déguster sans attendre.

Nota bene : vous pouvez congeler les gnocchis pour une fois prochaine.

J’ai utilisé la recette de gnocchis maison de l’excellent blog :  la cuisine de Bernard

Publicités

Tartare de saumon exotique – salade croquante hivernale

Cette semaine, j’avais envie de couleur et de pep’s dans ma cuisine. Une recette pour réveiller ses papilles et faire le plein de vitamines. Aucune cuisson, juste les produits crus et bruts, bien assaisonnés et assemblés.

Vous l’aurez sûrement remarqué si vous passez régulièrement par ici, mais je ne suis pas une adepte des régimes végétariens, végétaliens, crus, ou autres. Pourtant, il me semble intéressant d’aller piocher des idées dans ces « façons de manger », pour améliorer et diversifier mon alimentation : moins de protéines animales, plus de protéines végétales, plus de légumes, plus de fibres et de vitamines, de nouveaux aliments dans ma cuisine (quinoa, graines, sirop d’agave, sucre de canne non raffiné…). C’est pourquoi, je vous propose aujourd’hui une recette complètement crue 🙂

20160215-DSC_8128

Tartare de saumon exotique – salade croquante hivernale

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 25 minutes

Pour 2 personnes :

  • 2 pavé de saumon
  • 150g de mangue
  • 2 fruits de la passion
  • 2 citrons vert
  • 2 cuillères à dessert (20ml) d’huile d’olive
  • 1 cuillère à café de miel
  • 1 cuillère à café de sauce soja
  • 150g de betterave crue
  • 100g de radis noir
  • 3 endives
  • quelques graines mélangées (lin, courge, tournesol, sésame, … )

Oter la peau du saumon (en passant une fine lame de couteau entre la chair et la peau). Vérifier qu’il ne reste aucune arrête sur le pavé… Couper dans la longueur des tranches (0,5 à 1cm d’épaisseur), puis des bandes dans les tranches (0,5 à 1 cm), puis des cubes dans les bandes. Laver puis éplucher la mangue et découper des cubes de la même taille et avec la même technique que le saumon. Ajouter aux dés de saumon. Couper les fruits de la passion en 2, vider l’intérieur (le jus et les graines) sur le saumon. Dans un verre, réaliser l’assaisonnement : mélanger la sauce soja, 1 pincée de sel, 1 cuillère à dessert d’huile d’olive, le zeste d’un citron vert, le jus d’1/2 citron vert (celui où vous avez prélever le zeste). Emulsionner puis verser sur le saumon, et mélanger avec une cuillère. Réserver au réfrigérateur.

Laver les légumes. Eplucher la betterave et le radis noir. Découper des tranches de quelques millimètres d’épaisseur, puis des bâtonnets. Enlever les feuilles extérieures des endives, et le trognon. Réaliser des bâtonnets dans les endives (essayer d’avoir une taille homogène avec la betterave et radis). Disposer les légumes dans des bols individuels. Mélanger le miel, avec le jus d’1/2 citron vert et 1 cuillère à dessert d’huile d’olive. Verser la vinaigrette sur les légumes. Parsemer de graines.

Dresser le saumon à l’aide d’un cercle inox dans des assiettes individuelles. Zester le 2ème citron vert sur et autour du tartare et servir sans attendre, accompagné de la salade.

Nota bene : j’ai utilisé de la betterave chioggia pour cette recette surtout pour ses couleurs et ses rayures roses et blanches. Vous pouvez utiliser n’importe quelle sorte de betterave rouge (classique), jaune…

20160215-DSC_8129

20160215-DSC_8123

Tartare de saumon exotique - salade croquante hivernale

 

Une salade en hiver : butternut rôtie, mâche, gésiers de canard et graines de courges

Une petite salade en hiver, en chaud – froid, gourmande et légère. A servir en entrée, ou en plat pour un déjeuner ou diner équilibré. Et puis je la trouve colorée cette assiette, ça donne envie de plonger sa fourchette dedans !

Une salade en hiver : butternut rôti, mâche, gésiers de canard et graines de courge

Une salade en hiver : butternut rôti, mâche, gésiers de canard et graines de courge

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 15 minutes  – Temps de cuisson : 15 minutes

Pour 2 personnes :

  • 400g de butternut
  • 100g de mâche
  • gésiers de canard confits
  • 1 cuillère à soupe de sauce soja
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de miel (acacia)
  • vinaigrette de votre choix (à base de vinaigre balsamique c’est bien)
  • une poignée de graines de courges

Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante.

Laver, éplucher et couper en 2 le butternut dans la longueur. Enlever les graines et les fibres à l’aide d’une cuillère. Découper des tranches d’environ 1 cm d’épaisseur et déposer sur une plaque à four recouverte de papier sulfurisé.

Dans un bol, mélanger la sauce soja, le miel et l’huile d’olive. Badigeonner les tranches de butternut avec le mélange à l’aide d’un pinceau. Enfourner pour 10 à 15 minutes de cuisson (le buternut est prêt lorsqu’il est moelleux et rôti).

Préparer la mâche : enlever le pied, rincer puis essorer.

Faire revenir les gésiers de canard dans une poêle chaude pendant 5-10 minutes. Découper les gésiers en tranches.

Dans une assiette, disposer la mâche, assaisonner d’une cuillère de vinaigrette, parsemer de tranches de butternut et de gésiers et semer quelques graines de courge sur le dessus. Servir sans attendre !

Nota bene : vous pouvez récupérer les graines du butternut et les faire sécher (à l’air puis au four). Je n’ai pas encore essayé moi-même, mais c’est une idée à creuser dans une démarche de moindres déchets. 

Gratin de ravioles de Royans, épinards et emmental

Un gratin pour le dîner aujourd’hui, avec des épinards, et des ravioles de Royans, spécialité du Dauphiné.

20151008-DSC_6330

Gratin de ravioles de Royans, epinards, emmental râpé

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 10 minutes  – Temps de cuisson : 30 à 40 minutes

Ustensiles : un plat à gratin

Pour 4 personnes :

  • 1 barquette de ravioles de Royans (ou ravioles du Dauphiné) (environ 250g, soient 6 plaques)
  • 750g d’épinards surgelés (les Bonduelles  « Feuilles préservés » sont tops).
  • 30g de beurre
  • 30g de farine
  • 1/2 litre de lait
  • muscade, sel, poivre
  • 100g de gruyère rapé

Décongeler les épinards et les égoutter.

Préparer la béchamel. Dans une casserole, faire fondre le beurre (feu moyen), puis ajouter la farine en remuant 1 minute. Ajouter le lait chaud et mélanger au fouet pour éviter les grumeaux. Continuer de mélanger jusqu’à ce que la préparation épaississe (environ 5min). Oter du feu, assaisonner de muscade fraichement râpée, de sel et poivre. Réserver.

Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante.

Dans un plat, déposer 1 cuillère à soupe de béchamel, puis 2 plaques de ravioles, saler et poivrer, puis la moitié des épinards puis de la béchamel et une couche de gruyère. Continuer le montage : ravioles, épinards, béchamel, gruyère puis ravioles, béchamel et gruyère pour finir. N’oubliez pas d’assaisonner peu mais régulièrement.

Enfourner pour 30 à 40 minutes de cuisson. Le gratin est prêt lorsque le gruyère est bien doré.

Nota bene :
vous pouvez utiliser d’autres fromages : comté râpé, tranchettes de bûche de chèvre, parmesan dans votre gratin, pour lui donner plus de caractère. 

Les moules à la charentaise – ail, pain et persil

Une petite recette terroir aujourd’hui ! Et en plus, rapide, pas trop chère, et facile ! Si si si, c’est très facile de cuisiner les moules. D’abord, il faut bien les choisir : de préférence françaises, de Bouchot (élevage sur des piquets en mer : Atlantique et Manche), chez votre poissonnier, bien fraîches. Ensuite, il vous faut une bonne recette, et c’est justement ce que je vous ai concocté aujourd’hui 🙂

Moules à la charentaise - ail et persil

Moules à la charentaise – ail et persil

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 20 minutes  – Temps de cuisson : 5 minutes

Pour 2 personnes :

  • 2 litres de moules de Bouchot
  • 1 belle noisette de beurre
  • 2 gousses d’ail
  • 2 tranches de pain (de campagne), un peu rassis (celui de la veille, c’est bien)
  • quelques branches de persil

Nettoyer et laver les moules : enlever la barbe, les coquillages, et éliminer les moules cassées.

Eplucher les gousses d’ail et réduire en petits morceaux à l’aide d’un presse-ail. Laver le persil, garder les feuilles et ciseler. Découper les tranches de pain en petits cubes.

Dans un faitout (ou une grande casserole), verser quelques centimètres d’eau, puis ajouter les moules. Placer à feu vif, et remuer régulièrement les moules. Stopper la cuisson dès qu’elles sont toutes ouvertes (attention à ne pas trop les cuire, elles deviennent alors caoutchouteuses). Décortiquer les moules : ne garder que la moitié de la coquille (celle qui contient la moule).

Faire fondre le beurre dans une poelle. Ajouter la mie de pain, l’ail et la moitié du persil. Faire revenir jusqu’à ce que le pain soit doré (ajouter du beurre si nécessaire). Ajouter les moules, mélanger, faire revenir quelques minutes. Ajouter le reste du persil. Servir et déguster sans attendre avec un verre de blanc, charentais bien sûr ^^.