Velouté de potimarron, brochette de poulet aux noix de cajou

Une vraie recette d’automne, toute douce, réchauffante, réconfortante. Mais aussi équilibrée et gourmande.
La marinade du poulet et sa cuisson au four permettent d’avoir un poulet bien moelleux, pas sec du tout. Une panure aux noix de cajou pour la gourmandise, et vous obtenez un plat réussi, parfait pour le dîner.

La soupe, j’en fais toutes les semaines, en variant les plaisirs, les goûts et les légumes. Pour les conserver toute une semaine, sans qu’elle s’abîme, rien de plus simple : lorsque la soupe est mixée, versez-là dans une bouteille en verre et fermez le bouchon immédiatement. En refroidissant, le vide se crée dans la bouteille, et votre soupe se gardera sans problème au réfrigérateur plus d’une semaine.

Velouté de potimarron, brochette de poulet aux noix de cajou

Velouté de potimarron, brochette de poulet aux noix de cajou

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 15 minutes  – Temps de cuisson : 20 minutes

Pour 2 personnes :

  • 1 potimarron
  • 1/2 litre de lait environ
  • sel, poivre
  • muscade (entière à râper)
  • curcuma en poudre
  • 2 filets de poulet
  • 1 yaourt nature
  • 100g de noix de cajou

Découper les filets de poulet en morceaux pas trop petits – environ 6 par filets. Dans une assiette creuse, déposer les morceaux de poulet, assaisonner de sel et d’une pincée de curcuma, mélanger les morceaux. Ajouter le yaourt nature, et bien enduire tous les morceaux. Filmer et réserver au réfrigérateur pour 30 minutes minimum (vous pouvez les y laisser plus longtemps si nécessaire).

Au bout de 30 minutes, sortir à température ambiante l’assiette de poulet, et s’occuper du potimarron.

Laver, éplucher puis couper le potimarron en 2. Ôter l’intérieur (pépin et filaments). Découper le potimarron en petits morceaux. Dans une casserole, mettre le potimarron puis le lait : il doit tout juste recouvrir le potimarron. Couvrir et porter à ébullition. Le potimarron est cuit lorsque l’on peut planter une fourchette dedans, environ 15-20 minutes selon la taille des morceaux au départ.

Retourner au sort du poulet pendant la cuisson du potimarron. Préchauffer le four à 180°C, chaleur tournante. Réaliser des brochettes (2/personne) avec les morceaux de poulet. Mettre les noix de cajou dans un sachet, et taper dessus avec un rouleau à pâtisserie, pilon, ou tout objet un peu lourd et maniable. C’est le moment de se défouler jusqu’à avoir des morceaux irréguliers, pas trop fins ni trop gros pour réaliser la panure du poulet. Rouler vos brochettes dans les noix de cajou et les déposer sur une plaque allant au four. Enfourner pour 10 à 15 minutes de cuisson (selon la taille des morceaux de poulet). Contrôler la cuisson du poulet (dès que l’intérieur des morceaux est blanc, c’est prêt. Attention à ne pas les surcuire, il deviendraient secs.

Mixer avec un plongeur le velouté jusqu’à obtenir une belle texture bien lisse. Saler, poivrer, râper un peu de muscade et ajouter une pincée de curcuma. Goûter et rectifier l’assaisonnement selon votre goût.

Servir dans une assiette creuse ou un bol le velouté, et les brochettes de poulet en équilibre sur le bord. Décorer de quelques pluches de persil et de quelques noix de cajou. Servir sans attendre.

Nota bene : vous pouvez réaliser la même recette avec n’importe quelle courge : buternet, citrouille, potiron… Il suffira d’ajuster la quantité de lait nécessaire. 

 

Quelques idées pour votre menu de fête des mères

Je vous ai regroupé ici quelques idées de menu pour la fête des mères/des pères/déjeuners en famille, j’espère que vous trouverez votre bonheur 🙂

L’apéritif :

 

L’entrée :

Velouté froid d'asperges vertes

Velouté froid d’asperges vertes

 

Le plat :

c’est là où je me rend compte que j’ai pas beaucoup, en fait, non, aucune recette de plat à vous proposer…
Promis, je vais essayer d’y remédier, et d’ajouter de vrais plats sur ce blog ^^

 

Le dessert :

Les mignardises :

 

 

 

Velouté printanier d’asperges vertes

Une assiette mono chrome, pour une petite entrée légère, fraîche, et printanière.

Vous pourrez servir ce velouté froid, tiède ou chaud, en entrée (comme présenté sur la photo) ou en verrine apéritive.

Velouté froid d'asperges vertes

Velouté froid d’asperges vertes

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 20 minutes  – Temps de cuisson : 10 minutes –  Temps de repos : au moins 1h

Ustensiles : un blender (ou un mixeur-plongeur)

Pour 6 personnes :

  • 1kg d’asperges vertes (surgelées ou fraiches)
  • 6 têtes d’asperges vertes (fraîches)
  • 35cl de crème liquide entière
  • 1 cuillère à soupe de jus de citron
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • piment d’Espelette, sel, poivre

Couper 6 têtes d’asperges (environ 10cm de long). Réserver.

Découper le reste des asperges en tronçons. Dans une casserole (ou une cocotte minute, ça sera plus rapide), faire cuire les asperges dans un grand volume d’eau. Elle sont cuites lorsque l’on peut les piquer à la fourchette.

Dans un blender, mettre les asperges cuites, 2 à 3 louches d’eau de cuisson des asperges, puis mixer. Ajouter petit à petit l’eau de cuisson jusqu’à obtenir une texture velouté agréable. Verser 10cl de crème liquide et continuer de mixer. Assaisonner avec du sel, du poivre, du piment d’Espelette (environ 1 à 2 cuillère(s) à café), mélanger. Goûter  ! puis éventuellement, rectifier l’assaisonnement. Faire refroidir (ou pas) votre velouté.

Passer les têtes d’asperges crues à la mandoline (dans le sens de la longueur) pour obtenir de fines lamelles. Déposer dans un plat, assaisonner de jus de citron, d’huile d’olive, d’une pincée de piment d’Espelette, sel et poivre. Mélanger et garder au réfrigérateur jusqu’au dressage.

Monter le reste de crème liquide en chantilly.

Dresser l’assiette avec au fond le velouté d’asperges, une quenelle de chantilly, puis les lamelles d’asperges, et quelques grains de piment d’Espelette. Server et déguster sans tarder 🙂

Nota bene :
Vous pouvez accélérer le refroidissement de votre velouté, en le passant quelques minutes au congélateur.

 

Soupe froide concombre, menthe et kiwi

Pour vous faire patienter d’ici lundi prochain, et une nouvelle (vraie) recette, voici une « idée » pour une entrée, un petit dîner, ou même une verrine apéritive. Comme j’ai un peu l’impression que l’été est là, je n’ai pas pu m’empêcher de vous préparer du concombre (même si, je sais, c’est pas de saison !). Quoi de mieux qu’une petite soupe bien fraîche, relevée, accompagnée de quelques tartines, d’un verre de rosé, le tout au soleil sur son balcon ? Et en plus, ça se prépare en 3 minutes ! Qui dit mieux ?!

Soupe froide de concombre, menthe et kiwi

Soupe froide de concombre, menthe et kiwi

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation : 5 minutes – Temps de repos : autant que vous voulez

Ustensile : un blender

Pour 2 personnes (en plat) ou 6-8 verrines :

  • 1 concombre
  • 2 kiwis
  • 2 branches de menthe
  • 1 petit pot de fromage blanc
  • sel, poivre
  • graines de sésame pour la déco

Eplucher le kiwi. Couper le concombre (avec la peau) et le kiwi en morceaux. Mettre dans un blender, avec les feuilles de menthe, le fromage blanc, saler et poivrer. Mixer jusqu’à obtenir une préparation lisse et homogène. Verser dans une assiette à soupe, verrine… Décorer de graines de sésame et d’une feuille de menthe. Conserver au réfrigérateur avant de servir.

Souvenirs du Pérou… Soupe au quinoa & cochon d’inde

Vous avez de la chance, parmi mes souvenirs culinaires du Pérou, j’ai choisi de vous proposer une recette de quinoa, et non de cochon d’inde… Je n’en publierais pas, même si les « cuys » (cochon d’inde en péruvien), sont un met de fête. Les petites bêtes sont élevées traditionnellement à l’arrière des maisons et dans les cuisines, mangeant les épluchures, et passant à la casserole lors des mariages notamment. Pour le goût, ça se rapproche du lapin. Pour l’anecdote, les péruviens en consomment 65 millions par an !! Allez, une petite photo pour la route, après on passe au quinoa 😉 

Cuys en cours de préparation.

Cuys en cours de préparation.

Le quinoa est une « pseudo » céréale qui pousse dans les Andes, et dont se nourrisse les péruviens. En soupe, en accompagnement des plats de résistance, en entrée, je crois que je n’ai jamais autant mangé de quinoa de toute ma vie que pendant ces 2 semaines de vacances au Pérou. Au point de ne plus en cuisiner depuis… et puis l’hiver est là, le froid aussi, et la soupe au quinoa c’est un bon plat d’hiver, revigorant, complet, et rassasiant. 

Soupe au quinoa

Soupe au quinoa

Recette :

Niveau : *

Temps de préparation et de cuisson : au moins 1 heure

Pour 4 personnes :

  • 800g de boeuf
  • 2 carottes
  • 1 poireau
  • 4 pommes de terre
  • 1 botte de coriandre fraiche
  • 1 cuillère à café de graine de coriandre
  • 1 gousse d’ail
  • 1 oignon
  • 2 litres de bouillon de légumes
  • 3/4 de verre de quinoa
  • 2cm de racine de gingembre
  • sel, poivre
  • huile d’olive

Eplucher les légumes, et les couper en morceaux : pommes de terres en gros cubes, carottes et poireaux en rondelles. Eplucher et ciseler l’oignon. Couper la viande en cubes de 2cm de côté. Eplucher le gingembre et le râper.

Rincer le quinoa sous l’eau froide.

Préparer le bouillon de légumes dans une casserole (vous pouvez utiliser un cube bouillon de légume…) et porter à ébullition.

Dans une cocotte, faites revenir l’oignon et la viande dans une cuillère à soupe d’huile. Lorsque la viande et l’oignon sont bien dorés, ajouter les légumes, la gousse d’ail écrasée, la racine de gingembre rapée, les graines de coriandre, et verser le bouillon de légumes chaud. Lorsque le bout à repris, laisser cuire à couvert environ 45 minutes. Surveillez tout au long de la cuisson qu’il reste suffisamment de liquide dans la cocotte (le liquide doit recouvrir le contenu de la cocotte), sinon ajouter de l’eau bouillante au fur et à mesure.

Au bout de 45 minutes, ajouter le quinoa dans la cocotte (compléter le niveau d’eau si besoin, et laisser cuire 15 minutes.

Servir la soupe, et parsemer de feuilles de coriandres fraiches (ciselées ou entières au choix).

Nota bene : 
Le quinoa doit être bien rincé sous l’eau froide pour enlever la saponine qui reste à la surface des grains, et qui donnera un goût amer au quinoa.
Vous trouverez facilement du quinoa en magasin bio, sous sa version blonde, ou mélangé à du quinoa rouge (comme sur ma photo plus haut).